La journée des grands changements


Depuis presque deux ans maintenant, je publie des photos de belles recettes végétariennes et même véganes sur mon site internet et mon compte Instagram, mais je me doute que vous ne connaissez pas mon histoire ni le but derrière mon image aux couleurs pastel.


Avant tout, il est important que vous sachiez que je ne suis pas née d’une famille de militants pro-environnement et que je ne me nourris pas que de produits végétaux. Je suis une personne tout à fait normale, qui puise ses valeurs dans ses expériences personnelles et qui trace sa destinée tout en apprenant chaque jour. J’ai même un passé derrière mon nouveau moi et je ne le regrette pas. Il m’a permis d’avoir mon moment de révélation personnel et je m’en souviens comme si c’était hier. D’ailleurs, je m’en souviendrai toujours, telle une photo imprimée dans ma tête.


Dans mon ancienne vie, j’étais gestionnaire de grandes boutiques dans l’industrie du « fast fashion ». Depuis l’âge de 16 ans, passionnée de la mode et du travail d’équipe, ce métier était ma passion. Avec mon ambition, j’ai rapidement gravi les échelons et j’ai grandi en me réalisant. Mon parcours m’a permis de constater certaines facettes méconnues derrière ce monde. (Production à la chaîne, exportation de matériaux de Chine, suremballage, transport par bateau, livraison tous les jours, marchandises défectueuses jetées facilement aux poubelles, surconsommation et l’on recommence!) C’était étourdissant et j’en prenais toujours un peu plus conscience, mais en me disant que je ne pouvais rien y faire. Ma passion prenait toujours le dessus sur les prises de conscience qui surgissaient de temps à autre dans mon esprit. Mais parfois, les moments décisifs surviennent comme ça, sans crier gare. C’est ce qui m’est arrivé, un beau matin, et cela a changé ma façon de vivre pour toujours.

C’était un 20 décembre, dans la frénésie du temps des fêtes. Le temps de l’année le plus étourdissant dans cette industrie. Cette semaine-là, j’étais surchargée, épuisée, et je devais retourner aux sources afin de m’en sortir. Je me suis alors absentée du plancher de vente en distribuant mes responsabilités à mon équipe de gestion et je suis allée m’enfermer dans l’arrière-boutique pour déballer les nouveautés. Sans pression, enfermée, seule avec ces dizaines de boites, je cherchais à enterrer mon épuisement. Sauf, que je me suis mise à angoisser. Pourquoi chaque morceau de tissu fabriqué en chine devait-il se retrouver emballé dans un sac de plastique, pour finir tous emballé encore dans du plastique, et ce, pour chaque modèle? Pourquoi il y avait cette odeur infecte de poisson ou d’insecticide, qui envahissait chaque petit morceau de textile fabriqué en Chine? J’en avais déjà pris conscience auparavant, mais cette semaine d’enfer et d’épuisement en a sans doute affecté mon ambition qui prenait toujours le dessus. Ça en était assez! À ce moment, j’avais envie de n’être nulle part. Vous savez ce que j’ai fait?

Je suis partie, juste comme ça! J’ai pris un rendez-vous chez mon médecin et dans son bureau, j’ai exprimé mes ressentis refoulés. J’ai eu droit à un diagnostic : « burn out et 8 mois d’absence au travail! » Ce que j’ai fait durant ces 8 mois? Des recherches. Des tonnes de recherche sur l’environnement, et plus j’en faisais, plus je devenais passionnée par ces informations troublantes. D’ailleurs, je crois réellement, que c’est en faisait nos propres observations que l’on se sent davantage concerné. Durant toutes mes recherches, j’ai bien vite pris conscience que le respect de l’environnement n’englobait pas seulement la surconsommation et le plastique. À ma grande tristesse, j’ai appris que la consommation de protéines animales était une des plus grandes sources de pollution sur la Terre. Je me suis alors intéressée à toutes les alternatives possibles pour faire ma part. Il allait de soi, que je devais changer mes habitudes alimentaires. Une chose qui n’a pas été du tout facile au début, car je dois avouer que j’aime particulièrement le goût de la viande. Mais, prendre conscience que les problèmes résident dans l’exagération, fait en sorte, que je ne peux m’empêcher de penser à tous les abus, le gaspillage, la rapidité de production et la cruauté envers ces pauvres bêtes qu’englobe l’industrie de production de viande. Avec ces éléments en tête, il m’a été plus facile de faire ce cheminement. Il m’arrive encore de consommer des protéines animales, surtout dans les restaurants par exemple, mais pas avec le même regard qu’auparavant et lorsqu’il est possible pour moi de choisir une alternative, je le fais.

Depuis, j’ai changé mon chemin de vie et je suis retournée aux études en communication. Mes valeurs ont pris un 360 degrés et ma place n’était plus dans ce monde de surconsommation. Je reste une personne normale, mais plus consciente et c’est ce qui m’a permis de faire beaucoup de changements dans ma vie, si petits soient-ils. J’utilise maintenant des sacs réutilisables, je mange le plus local possible et j’essaie de diminuer considérablement ma consommation de plastique, je fais du compostage et je mange beaucoup moins de protéines animales.

J’aime trouver de l’inspiration et des idées pour aider les gens qui comme moi, aimeraient changer leurs habitudes pour l’amour de l’environnement. Je ne priorise pas la perfection, mais plutôt les changements qui perdurent dans le temps et je souhaite inspirer d’autres personnes normales à en faire autant. C’est pour cette raison, que vous pourrez trouver toutes mes recettes véganes et végétariennes sous l’onglet ; Des recettes saines sans viande. Retirer les protéines animales de mes recettes préférées et trouver un moyen de les rendre savoureuses est devenue un nouveau passe-temps pour moi et il me fait vraiment plaisir de les partager avec vous.


Récemment, la compagnie Earth’s Own m’a demandé de collaborer avec eux et je vous avoue que j’ai tout de suite été ravie. J’ai eu la chance de rencontrer une compagnie portée sur des valeurs qui ressemblent aux miennes. Une compagnie de cœur, qui ne porte aucun jugement et qui veille à ce que tous trouvent son équilibre. Une compagnie qui aime la Terre et qui souhaite aider les gens à trouver leur importance dans le maintien d’un environnement sain. En plus, je consomme déjà leur succulent lait d’avoine, chaque matin, dans mon smoothie déjeuner et mon café au lait.

C’est l’histoire de qui je suis aujourd’hui et j’aimerais bien connaître la vôtre. Je vous invite à partager vos moments de prises de conscience avec moi. Rendez-vous sur mon Instagram @Fit_sans_viande.